Haikouichthys, le poisson de la préhistoire




HaikouichthysPour comprendre la grande diversité marine que la planète Terre possède aujourd’hui, il faut d’abord regarder en arrière, en particulier l’évolution des vertébrés, ce qui nous amène à faire un arrêt obligatoire dans l’espèce Haikouichthys.

Ce nom vient du grec et pourrait être traduit par  » Poisson Haikou « , faisant clairement référence à l’endroit où ses fossiles ont été trouvés, puisque ce petit animal préhistorique de seulement 2,5 cm de long a été trouvé en Chine en 1999, plus précisément dans une formation géologique près de la ville de Haikou.

Les experts estiment qu’elle a habité cette planète il y a environ 530 millions d’années, au Cambrien inférieur.

Cette période était également connue sous le nom de  » l’explosion cambrienne ou rayonnement évolutionnaire du Cambrien « , à laquelle l’apparition soudaine de multiples organismes macroscopiques et multicellulaires peut être attribuée, ce qui a permis une augmentation très rapide de la biodiversité.

Taxonomie et classification de Haikouichthys




  • Le spécimen appartenait au royaume des animaux.
  • A l’intérieur de la division Ridge ou Chordata.
  • Classé dans la subdivision Vertebrata
  • Il correspondait à la superclasse Agnatha.
  • Il appartenait à l’ordre des Myllokunmingiida.
  • Dans la famille des Myllokunmingiidae.
  • Son genre était le Haikouichthys.

La classification exacte des Haikouichthys est celle du crâne ou cordage basal, c’est-à-dire une catégorie du règne animal dont la caractéristique principale est de présenter 5 nouveautés évolutives importantes.

Parmi ces qualités, nous pourrions dire que la plus remarquable est celle d’une structure appelée notocorda ou cordon dorsal, qui est très similaire à ce que nous connaissons actuellement sous le nom de cartilage.

Histoire des Haikouichthys




On pourrait classer le Haikouichthys comme le premier poisson vertébré, bien qu’il n’ait pas toutes les caractéristiques nécessaires pour l’inclure dans le groupe de poissons.

Cependant, malgré cela, il a été présenté à de nombreuses reprises comme l’ancêtre de tous les vertébrés. Comme par exemple s’est déjà produit dans un documentaire à la télévision de la BBC.

En fait, il a été conclu que le Haikouichthys est originaire de la mer, non seulement en raison de sa forte musculature de marée, mais aussi parce que les principales sources d’eau douce (pluie, brouillard et neige) étaient rares dans le climat caractéristique de la période cambrienne.

Structure et caractéristiques du premier vertébré




La caractéristique principale de ce poisson est qu’il s’agit d’un agnato, c’est-à-dire qu’il a un crâne osseux mais pas de mâchoire, donc c’était plus une proie qu’un prédateur.

Mais alors, comment pourrait-il devenir une pièce essentielle pour l’évolution des vertébrés?

Comme vous le verrez ci-dessous, la structure anatomique de Haikouichthys lui a permis d’être un animal très rapide et agile. Grâce à cette caractéristique, il a pu faire face aux nombreux prédateurs qui habitaient l’océan à cette époque, tels que les vers visqueux, les éponges et les grands arthropodes.

Une autre particularité des Haikouichthys est qu’ils avaient une série de muscles en forme de W appelés myotomes, ce qui leur permettait d’avoir une plus grande impulsion et un meilleur contrôle de leurs mouvements, puisque ces fibres musculaires étaient attachées aux os situés dans leur région dorsale.

Avec la formation de myotomes et d’un squelette de soutien, sa structure corporelle se différencie en deux régions: le tronc et le caudal. C’est-à-dire que la tête est clairement différenciée du corps.

Ce type de structure favorise une meilleure répartition des organes pour leur protection (les os commencent à se développer comme méthode de protection et pas seulement comme moyen de soutien).

Contrairement à ce que beaucoup peuvent croire, les Haikouichthys avaient un squelette osseux et non cartilagineux.

Cependant, la raideur anatomique observée chez les Haikouichthys n’était pas seulement due au tissu osseux développé, puisque dans ce sens, la notocordia formée par des cellules vacuolisées contribuait également à la solidité du corps.

Saviez-vous que….?

Les cellules sous vide sont celles dont les organites cellulaires sont capables de retenir le fluide.

La structure musculaire du corps a également nécessité une adaptation, comme un développement nerveux mieux à même de contrôler ses mouvements et de mieux percevoir l’environnement qui l’entoure.

Un autre des grands changements par rapport aux invertébrés est qu’il génère un cordon nerveux dorsal qui, étant un animal vertébré, était protégé par le crâne.

Bien qu’il faille préciser que ce cordon dorsal est un élément hérité de ses ancêtres protochordés.

Le dernier grand changement évolutif, et pas seulement en ce qui concerne les invertébrés et les ancêtres protochordés, est le développement des branchies, qui sont, comme vous le savez, les principaux organes respiratoires des animaux aquatiques, qui permettent d’extraire l’oxygène de l’eau et le dioxyde de carbone pour le renvoyer dans l’environnement extérieur.

Bien que les invertébrés possédaient déjà ces structures, ils ne les obtenaient pas de la même manière que les Haikouichthys.

Les protochordats avaient un panier pharyngé qui servait à la fois d’organe respiratoire et digestif, mais en raison des besoins nutritionnels et énergétiques des Haikouichthys, cette structure a dû être spécialisée.

Ce processus de spécialisation qui a eu lieu dans le panier pharyngé consistait principalement en l’évolution adaptative qui a permis la transformation d’une arcade pharyngée cartilagineuse en arcade branchiale.

Le panier pharyngé a été formé par plusieurs anneaux cartilagineux également connus sous le nom d’arcs pharyngés, dans le cas des Haikouichthys, l’un de ces arcs pharyngés a été transformé en un arc branchial, qui est la structure primaire sur laquelle les branchies sont basées.

Ainsi, le panier pharyngien a pu se concentrer davantage sur l’alimentation et renforcer l’absorption des nutriments, ce qui a permis à Haikouichthys d’avoir une structure anatomique en parfaite harmonie avec ses besoins nutritionnels.

Cette différenciation adaptative acquiert une plus grande importance au-delà de l’existence de cet animal préhistorique, puisqu’elle a été observée plus tard chez d’autres espèces car la modification des branchies pourrait donner naissance à des mâchoires pharyngiennes.

Cependant, ces informations, bien que d’une grande importance, font partie de la longue histoire de l’évolution dont a souffert la biodiversité de notre planète.

Par conséquent, si vous voulez savoir ce qui s’est passé avant et après Haikouichthys et comment il a pris naissance, nous vous suggérons de prêter attention aux articles que nous mettons à jour et introduisons chaque mois se référant à l’évolution des vertébrés.