Diprotodon: la version marsupiale géante des uombats




DoprotodonLe Diprotodon était un genre de mammifères préhistoriques qui habitaient notre planète il n’y a pas si longtemps (par rapport aux dinosaures), pendant l’âge du Cénozoïque et plus spécifiquement pendant la période quaternaire (il y a environ 42 000 ans). Il a été classé parmi les mammifères marsupiaux.

Ce genre aurait été de taille relativement importante. Ce marsupial de l’antiquité mesurait environ 3 mètres de long et environ 2 mètres de haut. Pour mieux se comprendre, il aurait été de la taille d’un rhinocéros des temps modernes.

Le Diprotodon aurait été un animal herbivore qui se déplaçait dans les troupeaux comme méthode de défense contre les prédateurs. C’était un animal très lent et se déplaçait très lentement, ce qui en faisait une proie facile.

Si vous avez trouvé cela intéressant, ce que vous avez lu…. Ne partez pas ! Voici beaucoup plus d’informations sur Diprotodon – restez et découvrez tout sur ce marsupial quaternaire!

Que signifie le nom Diprotodon?




La signification du nom Diprotodon est « Deux dents de devant » qui vient du nom latin et a été inventé à partir de ses deux grandes dents de devant.

Histoire de la découverte




Les restes de ce grand mammifère ont été trouvés pour la première fois en 1930. En Australie, plus précisément en Nouvelle-Galles du Sud, par l’explorateur et topographe Thomas Mitchell. Qu’il enverra ensuite les restes en Angleterre pour analyse et description.

Ce marsupial a été décrit huit ans plus tard, plus précisément en 1938 par le biologiste et paléontologue Richard Owen, qui l’a nommé Diprotodon.

Plus tard, l’explorateur Ludwig Leichhardt, qui a trouvé de nombreux vestiges en Australie, plus précisément dans la région de Darling Downs, dans le Queensland.

En fait, ce lac du Pléistocène était un piège dangereux pour les animaux, parce que cette rivière était riche en sels et autres minéraux, en plus du fait qu’à cette époque le climat devenait de plus en plus sec et la rivière s’asséchait, laissant une grande traînée de boue humide qui emprisonnait la plupart des animaux qui tentaient de traverser la rivière, parmi ceux de notre ami sourd.

A cause de cela, beaucoup de leurs extrémités inférieures ont été piégées dans la boue et les extrémités supérieures ont été exposées.

Comme pour beaucoup de restes fossiles trouvés, les parties inférieures étaient très bien conservées et les parties supérieures étaient dans certains cas plus détériorées. Avec ces fossiles ont également été trouvés des restes de Phascolonus, Protemnodon, Protemnodon, Sthenurus.

Parmi les différents résultats obtenus au fil du temps, au moins 8 espèces différaient:

Le premier a été trouvé et décrit par Owen, a été catalogué comme Diprotodon optatum en 1838, le second a reçu le nom d’espèce Diprotodon australis qui a été décrit par Owen en 1844, le troisième a été nommé Diprotodon annextans par McCoy en 1861 et le Diprotodon minor en 1862 par Huxley.

Plus tard, les restes de l’espèce Diprotodon longiceps ont été trouvés en 1865, également décrite par McCoy, puis, en 1873, des fossiles des espèces Diprotodon loderi et Diprotodon bennettii décrites par Owen.

La dernière espèce trouvée remonte à 1877 et a été nommée par McCoy Diprotodon bennettii Owen.

Ces espèces ont été classées selon leur époque en fonction de certaines différences physiques comme la taille de leurs dents. Cependant, certains scientifiques croient que la taille des dents n’était qu’une différence sexuelle et non une différence entre espèces.

Par conséquent, dans de nombreux cas, seule la première espèce décrite ci-dessus (D. optatum) est prise en compte.

Comment et quand vivait-il?




Elle a vécu il y a environ 42 milliards d’années au Pléistocène.

L’habitat naturel de ces créatures était généralement des forêts, des savanes et de vastes plaines vertes, qui étaient toujours à proximité de sources d’eau comme les lacs et les marais.

On pense que Diprotodon a passé la plupart de son temps dans l’eau, comme le font les hippopotames aujourd’hui.

Qu’est-ce qu’il a mangé?

Elle était herbivore, généralement nourrie d’arbres, de plantes, d’herbes, d’arbustes, d’algues ou de plantes aquatiques. On croit qu’il a pu abattre des arbres à l’aide de ses deux grandes incisives. Et à en juger par sa taille, on pense qu’il avait un gros appétit.

Caractéristiques générales

Ces vrais gros animaux pouvaient atteindre une longueur de 3 mètres de long, 2 mètres de haut et peser environ 2 tonnes. Il avait aussi de grandes dents caractéristiques auxquelles il doit son nom. Sa taille est souvent comparée à celle d’un rhinocéros actuel.

Ce marsupial était plantigrade, c’est-à-dire qu’il s’appuyait sur la plante de ses jambes pour marcher comme le font les ours ou les humains de nos jours, ce qui lui permettait de supporter plus facilement son énorme poids et de se tenir debout sur ses deux jambes avec aisance.

Il était couvert d’un grand poil et avait aussi deux grandes mâchoires, on croit qu’il a un métabolisme lent.

Ses griffes ressemblaient à celles des uombats, il y avait aussi un sac à l’arrière du sac dans lequel ils gardaient leurs petits, ce qui est curieux, c’est que ces sacs étaient investis, leur entrée était par l’arrière, tout cela pour empêcher la progéniture de se remplir de terre car le Diprotodon avait l’habitude de creuser pour trouver de la nourriture.

Comment il se comportait

On croit qu’ils vivaient dans des troupeaux, une conclusion tirée de la découverte susmentionnée dans la rivière Cabamolla où plus de 100 spécimens ont été trouvés.

Il était calme dans son comportement, car il avait un métabolisme lent, alors il se déplaçait avec une patience et une lenteur particulières. C’était donc une proie facile et juteuse pour de nombreux prédateurs.

D’autre part, on croit qu’il a utilisé ses dents pour couper des parties de la plante qu’il voulait manger ou pour couper des arbres pour se nourrir de son feuillage.

Quant aux prédateurs naturels de ce marsupial, dans de nombreuses occasions c’était le dîner du soi-disant Lion Marsupial (Thylacoleo carnifex) et le prisca Megalania, on croit même qu’il a été attaqué plusieurs fois par le crocodile Quinkana éteint quand il s’approchait pour boire de l’eau dans une source d’eau.

Théories de leur extinction

Quant à son extinction, il existe différentes théories ; l’une soutient qu’elle est due au changement climatique extrême qui s’est produit en Australie à cette époque, tandis qu’une autre affirme qu’elle est due à l’action des premiers humains à s’installer dans la région, et d’autres disent même qu’elle est due à l’action conjointe des deux facteurs.

En ce qui concerne le climat, on pense qu’à l’époque où vivait le Diprotodon, l’Australie subissait des changements importants dans son habitat et son écosystème, passant d’un continent riche en végétation et avec de nombreuses sources d’eau à un environnement plus sec et plus sec.

Au fil du temps, cela a affecté la survie de ces grands mammifères.

Il est vrai que les habitats secs n’étaient rien de nouveau pour le Diprotodon, mais l’augmentation dans les zones arides, diminuait l’espace dans lequel il pouvait vivre. Cela a entraîné une surpopulation dans les petits espaces verts, ce qui s’est traduit par un manque de nourriture.

Ainsi, les plus jeunes, les Diprotodons, les personnes âgées et les blessés, ont été les plus durement touchés.

Ajouté à ces derniers est venu à la région ce qui serait les premiers humains, tant de ces marsupiaux ont servi de nourriture. Puisqu’ils représentaient un animal facile à chasser et fournissaient également une grande quantité de nourriture pour nourrir de nombreuses personnes et pour une longue période de temps.

Tout cela réduisait la population totale de Diprotodon.

Une autre des actions humaines qui ont mis en danger cette espèce aurait été l’agriculture. A cette époque, les premiers humains brûlaient de vastes plaines pour fertiliser le sol et planter pour eux une végétation comestible.

Les dommages seraient exactement que beaucoup de ces nouvelles plantes n’étaient pas comestibles pour les Diprotodons et celles qu’ils consommaient habituellement ont mis beaucoup plus de temps à repousser, ce qui a réduit leurs choix alimentaires et donc leur survie.

Il ne faut pas oublier qu’en dépit de ces conditions, ils n’étaient pas seuls capables d’éteindre toute la population de ce grand marsupial.

Cependant, comme ils sont tous entrés en jeu en même temps, ils étaient certainement dévastateurs pour la population en général.

Peut-être que l’apparition de l’homme n’était pas la cause principale de l’extinction de ces animaux. Mais ils ont sans aucun doute joué un rôle fondamental dans l’extinction de cette espèce, comme c’était le cas dans d’autres régions du monde où les humains se sont installés.

Les premiers humains se sont installés en Australie il y a environ 50 000 ans, date à laquelle la faune a commencé à changer et le Diprotodon a commencé à disparaître. Tant de paléontologues s’accordent à dire qu’une telle théorie.

Quelques curiosités sur le Diprotodon

Cet animal est très caractéristique de l’Australie, en fait beaucoup de ses restes ont été trouvés dans ce lieu, de sorte que dans ce pays a été rendu hommage au mammifère.

Produisant une série de pièces d’argent appelées « mégafaune australienne », le Diprotodon pouvait être vu au verso de la pièce dans une position détendue avec une riche végétation sur le dos.

Plus tard, d’autres pièces ont été produites à partir d’autres animaux disparus qui habitaient autrefois un si beau territoire australien.